Accueil  Nous écrire

Revue électronique de publications scientifiques sur l'Afrique

 


Navigation et outils


Le post de l’utopie.
Constats et interrogations

Joseph Tonda, Université Omar Bongo, Département de Sociologie, Gabon


Résumé : De nos jours comme hier, en situation coloniale, toute projection dans le futur se réduit à l’espace et au temps présent de la lutte qui est le temps de l’enroulement par la vague du capitalisme néolibéral. Les sciences sociales africaines et africanistes, gênées par le trou noir que creuse le mouvement de cette vague, s’épuisent en justificatifs de la banalité de ce qu’elles observent puisque, enseignent-elles, ce que l’on constate aujourd’hui en Afrique a également existé en Occident, ou dans les mondes asiatiques et travaillent à promouvoir l’optimisme d’une Afrique porteuse d’« une énergie formidable ». Elles alors dénoncent le racisme de l’« afropessimisme » et étalent à l’envie, quand elles le peuvent, les statistiques qui attestent que l’ « Afrique va bien ». Le racisme inconscient qui commande de telles idées et la condescendance qu’elles expriment sont manifestes. Et pourtant, elles doivent bien se résoudre à affronter en toute conscience l’enroulement de la vie psychique des sociétés africaines dans la vague du néolibéralisme qui s’agrandit de la même « énergie formidable » des Africains, de leur inconstatable créativité en matière de littérature, de danse, de musique, de corps à l’intérieur du trou noir, et inscrire la pensée dans une stratégie radicale de démythification des sociétés africaines.

Mots clés : Afrique, argent, corps, mort, néolibéralisme, post de l’utopie.

Lire l’article


Version PDF Enregistrer au format PDF | Version imprimable de cet article Version imprimable de cet artcile

 

...penser l'Afrique        la penser ensemble...