Accueil  Nous écrire

Revue électronique de publications scientifiques sur l'Afrique

 


Navigation et outils


La postmodernité au prisme du roman francophone.
L’insécurité du concept dans Au bout du silence de Laurent Owondo

Yves Romuald Dissy-Dissy, Université Omar Bongo, Département de Lettres Modernes, Centre de Recherche et d’Etude sur le Langage et les Langues (CRELL), Centre d’Etude et de Recherche sur l’Imaginaire et la Mémoire (CERLIM), Gabon


Résumé : Le but de cet article est de questionner la postmodernité, un concept qui a fait (et continue de faire) fortune en lettres, en sciences humaines et sociales. Le phénomène postmoderne dont le crédo est « l’incrédulité à l’égard des métarécits » (Lyotard), s’impose, telle une révolution copernicienne, dans la critique littéraire francophone d’Afrique subsaharienne, avec une hardiesse qui annihile une équation importante : le contexte (Meyer) – avec ses variables historique, socio-anthropologique et philosophique – qui peut fragiliser sa pertinence et son efficacité opératoire lorsqu’il est appliqué au corpus africain. Si la postmodernité peut, à certains moments, trouver un écho favorable dans Au bout du silence, en faire un paradigme scientifique (Khun) susceptible d’évaluer l’ampleur et la problématicité de « l’état de la culture » africaine me paraît assez prétentieux, ce d’autant plus que le concept ne fait pas l’unanimité dans la communauté scientifique.

Mots clés : Anthropologie africaine, insécurité conceptuelle, postmodernité, roman francophone, Occident.

Lire l’article


Version PDF Enregistrer au format PDF | Version imprimable de cet article Version imprimable de cet artcile

 

...penser l'Afrique        la penser ensemble...